The stand

Adaptation d’un énorme pavé de Stephen King de plus de 1000 pages, cette adaptation tient-elle toutes ses promesses ?

Après avoir fraîchement lu le livre, nous nous sommes plongés dans cette série de CBS. Dès le début, la déception pointe le bout de son nez car les continuels flash-back et interruptions d’action gâche le suspense…

Une pandémie survient, détruisant une bonne partie de la population et on va suivre une bande dont les protagonistes sont au début séparés puis ils vont se rencontrer petit à petit. Constituée de Stu, Frannie, Harold, Nadine, Larry et encore pleins d’autres… On comprend très vite l’aspect fantastique car chacun des rêves des protagonistes concernent Mère Abigaïl, la représentation du « bien », à contrario, les rêves sur Randall Flagg, dixit l’homme noir, représentant le « mal ». Deux camps se forment alors entre tous les personnages et nous allons en faire la connaissance.

Ces flash-backs incessants, et ce dès le premier épisode, gâchent énormément l’intrigue car la première partie du livre était réellement sur l’épidémie de la « super-grippe » puis seulement ensuite les camps s’affrontaient, chacun étaient retranchés soit dans la petite ville de Boulder, soit du New Vegas. Nous avons donc avoir du mal à faire connaissance avec cette multitude de personnages et leur histoire n’est pas ainsi pas assez exploitée, un comble pour une série d’ailleurs. C’est ce format qui permet le mieux de découvrir les personnages, leurs psychologies, mais ici, il y en avait trop et on sent que le scénariste manque de temps. Pour couronner le tout, rien ne fait réellement peur, ce qui est un comble pour du Stephen King. On notera l’aspect fantastique présent très légèrement mais c’est tout malheureusement.

Néanmoins, tout n’est pas à jeter et on commence à vraiment s’y intéresser au bout des 5 premiers épisodes quand le mystère prend de la consistance de plus en plus. On peut comparer cette série à « Under the dome » un peu distrayante et un peu teenager, du suspense sans être réellement effrayante. La série ne sait pas où se placer, ne prend pas assez position et ne prend pas assez de risque… ça se sent.

Cette série avait toutes les recettes pour être une bonne série mais elle rate le coche. Peut-être ce livre qu’est « Le fléau » est tout simplement impossible à adapter ? En attendant, on vous invite à plonger ou replonger dans l’univers de Stephen King avec la série Mr Mercedes qui est mieux réussi ou bien le film Simetierre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :