Cruella

Disney s’amuse à faire des remakes de ses dessins animés les plus connus. C’est donc assez malin de faire un film sur les origines d’une méchante dont personne ne connaît vraiment son passé, mise à part le fait qu’elle veut tuer tous les dalmatiens pour en faire des manteaux de fourrure.

Pour ce rôle déluré, qui nous rendra même Cruella sympathique, nous retrouvons Emma Stone. Elle est parfaite, on avait déjà repéré ses capacités de femme avec du caractère dans la série « Maniac » ou « La favorite », bien loin de ses seconds rôles féminins qu’on a voulu lui faire jouer, mais si « Lalaland » ou « Bienvenue a Zombieland » resteront cultes.

Dans le rôle de sa concurrente, designer de la mode dans l’histoire, on peut compter sur Emma Thompson, jouant la Baronne Von Hellman, qui est assez drôle dans ses gestes.

Par moments ce nouvel opus peut vraiment nous faire penser au film « Le Diable s’habille en Prada » dans le style de la patronne tyrannique qui veut des résultats parfaits.

L’histoire est un peu tirée par les cheveux et nous n’y croyons pas une seule seconde mais les images de Londres sont très belles et donnent même un aspect assez magique et irréel de la ville comme seul Disney sait faire.

Le film est assez punk-rock, entraînant et va à cent à l’heure sans nous laisser le temps d’assimiler tous les événements qui se déroulent et nous emmène dans sa frénésie.

Les chiens sont également présents mais tout en subtilité via des scènes d’actions assez fins et il ne dénoteront pas non plus de l’histoire qui reste plutôt axée sur le côté humain.

En effet, nous suivons donc Estella dans les années 70 qui escroque tout le monde pour survivre en se faisant aider de deux amis depuis le jour où elle se retrouve orpheline. Passionnée de mode, elle décide de se faire remarquer à Londres pour réaliser son rêve. Elle se crée alors un personnage cruel et concurrençant la Baronne Von Hellman sa patronne.

On peut croire regarder un énième DC Comics un peu à la « Harley Quinn » ou « Suicide Squad » par moment mais Cruella a ce quelque chose de Disney légèrement différent.

On notera un petit bémol du point de vue du scénario qui est trop léger et sur le fait que les spectateurs éprouvent de la compassion envers cette « méchante » de Disney comme si, avoir eu une enfance pourrie annihile toutes ses actions horribles a l’âge adulte, ce qui n’est pas top concernant la morale si des enfants le regarde par exemple.

Le film se voit comme un préquel du dessin animé « Les 101 Dalmatiens » et donc bien avant l’arrivée de Pongo et Perdita le couple de dalmatiens. Une suite est donc plus qu’envisagée quand on arrive à la fin du film. Un bon divertissement avec ses défauts mais on les oubliera aisément car on passe un bon moment !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :